Guillaume Eymar

J’ai très tôt fait le choix de ce métier. C’est après 4 ans passés en fusions-acquisitions chez Grant Thornton que j’ai rejoint Cambon Partners en 2011.

Le banquier d’affaires est un entrepreneur par procuration, en tous cas c’est ce qu’il doit être. Pour défendre au mieux les intérêts de nos clients, il faut s’approprier leurs enjeux, entrer dans leur histoire, être ambitieux avec eux. Pour cela il faut une solide connaissance sectorielle, et c’est le cas chez Cambon Partners, avec des domaines d’excellence comme le secteur du courtage d’assurance, une de mes spécialités.

Le métier est exigeant et demande une implication entière des équipes pour une exécution irréprochable. Chez Cambon, les personnalités sont très variées, complémentaires, chacun a quelque chose à apporter. L’équipe est stable, ce qui démontre un attachement à l’entreprise et un plaisir à travailler ensemble.

En M&A et levée de fonds aujourd’hui, les montages sont de plus en plus sophistiqués mais la différence ne se fait pas seulement par la maîtrise des techniques financières, elle se fait par le respect de certaines valeurs que nous cultivons chez Cambon : travail, persévérance, respect, loyauté et attention véritable pour les gens, clients et collègues. Je crois que nous apportons une vision plus humaine de la banque d’affaires et j’en suis assez fier.

Quel que soit le type d’opération, cessions ou levées de fonds, notre taux de réussite se situe à un niveau élevé. C’est le résultat de l’engagement et d’une certaine énergie, d’un esprit de compétition qui change des process stéréotypés. Mais la rigueur reste le mot d’ordre essentiel, indispensable pour la conduite d’un deal réussi et optimisé !