Guillaume Teboul

Après avoir été tenté par l’Ecole Navale, c’est dans le monde de la finance que j’ai décidé de naviguer ! Je découvre les deals IT chez Aelios Finance et rejoins Cambon en 2010, puis Global Equities pendant 4 ans avant de revenir chez Cambon.

J’ai la passion de ce métier. Sans aller jusqu’à dire qu’il faut le pied marin, je crois qu’il y faut la même rigueur dans l’exécution que sur un bateau, et bien sûr garder le cap : arriver à bon port, c’est-à-dire faire aboutir un deal, est une immense satisfaction. Il faut donc avoir le caractère adéquat : être persévérant, cela va de soi, être à l’écoute, non seulement de son client mais aussi des tendances de son secteur, être stratège sans négliger les détails. Cette amplitude de compétences est en soi un défi !

Chez Cambon, nous n’oublions jamais que lorsqu’un client vient nous voir, il nous confie l’un de ses biens les plus chers, celui pour lequel il a fait énormément de sacrifices : il y a dans ce métier une dimension affective qui est aussi un élément de motivation. Nous sommes au côté de l’entrepreneur pendant des mois, nous partageons ses états d’âme, et nous devons aussi lui apporter de la sécurité. Au total, sa réussite est aussi la nôtre.

Nous privilégions les secteurs en croissance, où par définition les choses vont vite : les techniques évoluent rapidement, les volumes d’activité peuvent grandir de façon exponentielle, la valorisation des sociétés aussi. Être expert de ces secteurs, comme celui du software ou des nouveaux médias et de la communication, est donc un point fort qui renforce notre pertinence.

Le métier est gratifiant par la reconnaissance des clients, réelle et sincère. Il l’est aussi par le sentiment de jouer un rôle positif pour l’économie, pour l’entrepreneuriat en France. De quoi satisfaire mon patriotisme ! Je crois vraiment que nous apportons un peu d’air frais dans la banque d’affaires, autour de certaines valeurs positives comme la loyauté et l’entraide   envers nos clients et nos collègues.